UN CLUB REMPLI D’HISTOIRE

L’ORIGINE : LA SAINT LOUIS

C’est le père Jean DE SUZANNET qui fut à l’origine du football à Chavagnes en 1924.

C’est pourtant dans les années 1936, 1937 que les premières équipes firent officiellement leurs premières armes. A l’époque, on jouait dans un champ situé près des Boltières (Route des Brouzils). On démonte les buts le dimanche soir pour que les vaches reprennent leur terrain le lundi.

Dans ces moments, le club n’était pas encore rattaché à la Fédération Française de Football mais à la Saint-Louis qui n’était autre que le Patronage. Il n’y avait pas vraiment de président ; le Patronage était rattaché à la cure et proposait diverses activités telles que du cinéma, du théâtre, le C.E.V. …Le football est donc venu s’y greffer.

L’équipement était quelque peu rudimentaire : l’arrosage automatique n’était pas encore d’actualité. Les ballons étaient constitués d’une vessie enfermée dans des panneaux de cuir serrés par une fermeture en lacets. Seuls les plus courageux s’aventuraient à faire des têtes. Lorsqu’il pleuvait, nous imaginons aussi la lourdeur du ballon. Des joueurs de l’époque nous relatent des anecdotes assez cocasses : il faut par exemple savoir que, dans une même famille, deux frères pouvaient utiliser la même paire de « godasses » (c’était le tout début de la logistique), ou alors un joueur qui chaussait du 39 devait enfiler une paire de 43 en mettant des savates à l’intérieur pour caler les pieds. Le club n’ayant pas de recette, les joueurs finançaient eux-mêmes leurs déplacements…

La population n’était pas toujours favorable à ce sport qui « accaparait » les jeunes le dimanche alors qu’on avait besoin d’eux dans les fermes pour s’occuper des animaux.

L’événement historique fut sans conteste l’inauguration du stade Jean de Suzannet le 1er octobre 1938. Chavagnes dispose alors d’un des plus beaux terrains de Vendée. Le premier président officiellement connu fut Clovis MICHENEAU (père) en 1938, mais il n’existait pas réellement de bureau.

img187 (2)

Les premières années du football à Chavagnes. Les matchs se disputaient sur un terrain agricole.

Dans les années 40, la chemise tenait lieu de maillot.

Après la guerre, l’effectif s’est rajeuni et le stade, après avoir été occupé par les Allemands, a été remis en service.

La Saint-Louis adhère à la FFF en 1950 pour la première saison 1950/1951. Elle termine alors dernière du championnat. Mais elle progresse d’années en années pour jouer très rapidement les premiers rôles.

Le club ne se dota d’un véritable entraîneur qu’en 1954 sous la présidence de Joseph PIVETEAU, Il s’agit de Paul GUIMBRETIERE apprécié et respecté de tous les joueurs pour ses qualités d’éducateur. En 1955, l’équipe termine championne de Vendée de 3ème division. Le club s’étoffe et constitue bientôt une deuxième équipe qui pourrait en remontrer à la première. C’est ainsi qu’en 1959 la première équipe accède à la première division, tandis que la deuxième est championne de Vendée et championne de la ligue Centre Ouest après avoir battu Ambazac sur ses terres par 3 buts à 1, et Aigrefeuille sur Charente à Chavagnes par 3 buts à 2.

Des joueurs de la Rabatelière sont venus pendant quelques décennies étoffer un effectif alors réduit, avant de voler de leurs propres ailes en 1961 : La Fraternelle Saint-Charles faisait alors son apparition.

Bernard FÈVRE témoignait de cette période de la fin des années 50 lorsqu’il fut joueur de la Saint Louis Football:

« La saison 1954-1955 fut vraiment exceptionnelle. Nous sommes devenus champions de Vendée et de Centre Ouest, après avoir gagné par forfait contre Ménigoute, une équipe des Deux-Sèvres. Contre Biard, une équipe de la Vienne, nous avions gagné à domicile 3 buts à 2 mais perdu chez eux 3 buts à 0.

L’équipe première de Chavagnes-en-Paillers est championne de Vendée, en 1954/55. Bernard est au milieu dans la rangée du bas.

L’année suivante, la Saint Louis Sport de Chavagnes, bénéficiant du retrait de la Vendéenne de la Roche-sur-Yon, est montée en Promotion. Cette saison 1956/57 fut marquée par l’arrivée d’un nouvel entraîneur et une équipe composée d’anciens, champions de Vendée en 1954/55. L’équipe s’est facilement maintenue dans cette division. La réserve assurait le championnat des équipes réserves de promotion. Elle a terminé première de sa poule mais a été battue par Aizenay 3 buts à 0 à Saint Denis-la-Chevasse. C’est vrai qu’il y avait dedans, beaucoup de jeunes talents qui promettaient.

L’année 1957/58, l’équipe première a terminé la saison dans le haut du tableau et la réserve, avec l’appui des anciens, a gagné le championnat en battant, en finale, l’Etoile Sportive de la Chaume, par 8 buts à 3. Cela a été un sacré match ! Après une demi-heure de jeu, Chavagnes menait 3 à 1. Un penalty a été sifflé contre nous mais Michel DURET, notre gardien, a pu l’arrêter et, dans la relance, nous avons marqué un nouveau but ! Ce n’était plus la même chose ! Au lieu de faire 3 à 2, nous menions 4 à 1 !

Il fallu donc jouer le titre de Champion de Centre-Ouest. Nous avons rencontré pour cela une équipe de la Vienne, Danjé, près de Châtellerault. Nous avons gagné à l’extérieur 2 à 1 mais, à domicile la semaine suivante, nous avons perdu contre eux 1 à 2. Nous étions donc toujours à égalité. Un match d’appui, pour nous départager, a donc été joué le jeudi suivant à Coulonges Thouarsais, dans les Deux-Sèvres. C’était le jour de l’Ascension. Le match s’est conclu, après les prolongations, par un score de 2 à 2. Un quatrième match a donc été organisé, la rencontre s’est déroulée le dimanche suivant (3 jours après) à Saint Varent, dans les Deux-Sèvres. Nous les avons battus 3 à 2. 

Huit jours plus tard, nous étions taillés en pièce à Montmoreau, en Charente, de l’autre côté d’Angoulème. Battus 5 à 1 ! Nous étions partis trop tard le matin et, par-dessus le marché, un ennui mécanique nous avait retardé un peu plus.

L’année 1958/59 fut, pour la Saint Louis Sport de Chavagnes, une année faste. L’équipe première, après trois matchs disputés, jouait contre Apremont, réalisant deux matchs nuls 2 à 2 aussi bien à l’extérieur qu’à domicile. Nous avions gagné à Palluau 4 buts à 1. Trois équipes montaient en première division. 

Et la réserve me direz-vous ? Et bien elle a à nouveau battu l’équipe de la Chaume 3 à 0, à Aubigny. En Centre-Ouest, l’équipe de Danjé, que nous avions rencontrée l’année précédente, a déclaré forfait, ce qui nous a qualifiés automatiquement pour la poule finale.

Dans cette réserve on retrouvait des anciens qui n’avaient pas cinq matches en équipe première et qui encadraient des jeunes comme, par exemple, le goal Philippe MILLASSEAU. Il était cadet surclassé. Notre équipe de réserve a dû aller jouer à Ambazac, dans la Vienne, près de Limoges. Mais, cette année, nous prîmes nos précautions : les aléas de l’année précédente étaient encore en mémoire ! Comme on dit : « Chat échaudé craint l’eau froide ! ». Nous sommes donc partis de bon matin et nous avons prévu deux chauffeurs par véhicule. Avec moi se trouvait mon collègue Gugute AMIAUD. Nous nous sommes arrêtés à Lesterps pour prendre notre petit-déjeuner. Nous n’étions plus qu’à une heure et demie d’Ambazac.

Lorsque nous sommes arrivés, les dirigeants nous avaient réservé un repas pour le midi dans un restaurant sur place. Nous avons retrouvé là-bas l’ambiance des dimanches à Chavagnes.

Le match a commencé et, au bout d’une minute de jeu, Ambazac a marqué. Nous avons réussi à égaliser sur l’engagement et avons gagné la rencontre par 3 à 1.

Le dimanche suivant, nous recevions l’équipe d’Aigrefeuille-sur-Charente, que nous avons battue 3 buts à 2. Nous avons été la seule équipe vendéenne à être championne du Centre-Ouest.

img191

Equipe réserve championne de Centre-Ouest, année 1958-59. Bernard est au milieu, en bas.

Pendant la saison 1959/1960, les équipes de réserve faisaient le championnat avec les autres équipes. Il n’y avait plus de championnat de réserve. Parmi les anciens, dont je faisais partie (j’avais 33 ans), quelques-uns ont repris leur place en équipe première, mais toujours pour cinq matches.

Lorsque nous jouions à l’extérieur, Jean-Claude et Christian, qui étaient assez grands, venaient avec Lucienne pour me voir jouer. Dans le car, nous n’avions jamais les enfants avec nous, ils passaient leur temps à changer de genoux, chacun des joueurs de l’équipe avait à cœur de s’occuper d’eux.

Aujourd’hui, lorsque je croise des anciens joueurs, ils me reparlent toujours des enfants dans le car. C’est amusant. » 

Bernard FÈVRE (1927-2015) – Ancien joueur de la Saint Louis Football

A cette époque, le football était quasiment le seul sport de la commune. Depuis, la Saint Louis Football comme beaucoup de clubs vendéens, joue au yo-yo, les effectifs varient, le nombre de sports proposés sur la commune augmente et les distractions extra-sportives deviennent prioritaires.

La Saint Louis Football connut des années fastes lorsque, sous la houlette de Marc BOSSARD (entraîneur pendant 7 ans), l’équipe première accéda en D.R.H., jouant même les premiers rôles les premières saisons.

 

img188 (2)

1980: les seniors à l’entraînement.

 

 LA NAISSANCE DU FCCR

En 1993, soucieux de renforcer leurs effectifs pour faire évoluer les joueurs à leur meilleur niveau, la Saint-Louis Chavagnes et la Fraternelle Saint-Charles se rapprochent : le FCCR (Football Club Chavagnes-Rabatelière) est né. C’est un peu le retour aux sources pour ces deux clubs. Pour sa première saison 1993/1994, l’équipe première évolue en Promotion d’Honneur et l’équipe réserve en 1ère Division. 

Le FCCR connut des périodes favorables puis d’autres plus difficiles, mais avec toujours comme objectif premier de faire évoluer les joueurs à leur meilleur niveau. Après avoir évolué quelques années en promotion de première division, puis en première division, l’équipe fanion accède, pour la saison 2007/2008 en promotion d’honneur, retrouvant un niveau régional durant 2 saisons sous les ordres de Jérôme BONTEMPS.

L’éducation des jeunes dès leurs premiers pas dans le foot fut alors une des volontés primordiales. Un important travail de préparation était alors engagé et se poursuit actuellement, commençant à porter ses fruits…

Comme beaucoup de communes voisines, le club subit, depuis quelques années, une baisse des effectifs jeunes. Un groupement avec les Brouzils pour les « 13, 15 et 18 ans » est alors mis en place afin de pouvoir constituer 2 équipes dans chaque catégorie. L’effectif se renforce donc tant en quantité qu’en qualité, ce qui permet d’avoir quasiment continuellement un équipe de chaque catégorie en DDS. L’équipe « 15 ans » a même connu une phase au niveau régional pour la première fois de son histoire lors de la saison 2006/2007.

Après quelques saisons difficiles et des descentes, le FCCR réalise une superbe saison 2014/2015, avec une remontée des 3 équipes seniors en D2, D3 et D4. Pour la saison 2015/2016, le FCCR fait peau neuve en changeant de logo, et en se dotant d’un nouveau site internet. A l’issue de la saison 2016-2017, l’équipe première retrouve l’élite départementale (D1), niveau qu’elle avait quitté lors de la saison 2010-2011.

 LE STADE A CHAVAGNES

En 1937, quelques sportifs pratiquent le football dans une prairie en pente et dont les dimensions ne sont pas conformes. On démonte les buts le dimanche soir pour que les vaches reprennent leur terrain le lundi. Peu importe les jeunes de l’époque ne disputent que des matchs amicaux.

Le Comte Jean DE SUZANNET, très attentif à tout ce qui se passe à Chavagnes, et conscient de l’importance du sport pour les jeunes, achète un terrain de deux hectares entre la Dodinière et Besnaton, en vue d’y établir tous les aménagements exigés à l’usage des sociétés sportives et de la préparation militaire.

Aussitôt cet achat effectué, l’aménagement commence et le drainage est en cours de réalisation quand Jean DE SUZANNET meurt dans un accident de voiture. Son épouse décide de continuer les travaux.

Le samedi 1er octobre 1938, la bénédiction et l’inauguration de l’ensemble réunissent les plus hautes autorités civiles et religieuses, dans les tribunes d’un stade équipé d’une piste de 400 mètres, de vestiaires avec douches, d’un bar et de gradins sous abri. Un stand de tir à 50 mètres permet la préparation militaire. Cet ensemble est considéré comme le mieux équipé de toute la région.

Le 1er octobre 1938, malgré la pluie, l’inauguration du stade rassemble une foule compacte.

Ce même jour, Monsieur DE GUERRY, Maire, prononce une allocution en présence de Madame DE SUZANNET qui représente son mari décédé.

Le club de football qui porte le nom de Société Saint Louis prend alors bien vite possession de ce nouvel équipement, toujours dans des compétitions amicales.

Depuis, l’ensemble sportif du stade a connu des évolutions:

  • 1976 : création du terrain B
  • 3 et 4 juillet 1991 : forage du stade
  • 20 et 21 mai 1992 : installation de l’eau sur le terrain principal
  • 30 mai 1994 : réunion avec Sportingsol pour le terrain principal
  • 29 août 1994 : nettoyage des abords sur terrain principal pour l’inauguration
  • 4 septembre 1994 : inauguration du stade JEAN DE SUZANNET
  • Septembre / octobre 2015 : le stade est doté d’un panneau d’affichage électronique, tout comme le stade de La Rabatelière
  • Janvier 2017 : le stade est équipé de nouveaux vestiaires, l’inauguration s’est déroulée au mois d’avril.

panneau chavagnes

Panneau de score à Chavagnes

panneau rabat

Panneau de score à La Rabatelière

Remise des clés des nouveaux vestiaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici résumés en quelques lignes les événements qui ont marqué le FCCR et ses ancêtres, la Saint-Louis Football Chavagnes et la Fraternelle Saint-Charles de la Rabatelière.

Mais l’histoire ne fait que commencer…

De nombreuses photos d’équipes de l’époque sont présentes dans la salle du stade, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur le passé footballistique du FCCR, de plus vous pouvez aussi nous faire parvenir vos photos ou témoignages du passé du club.

Source:

  • FCCR
  • « Chavagnes-en-Paillers 1900-2000  » Commune de Chavagnes-en-Paillers avec l’aide de l’association « Présence du Passé »
  • « Une vie bien remplie » Biographie de Bernard & Lucienne Fèvre 2012